Kiute Pro est éligible au chèque numérique de 500€, cliquez pour en savoir plus.

Actu - - Leslie Bazelot

3ème confinement : qu’en disent les coiffeurs et gérants d’instituts ?

Après une année mouvementée, les professionnels de la beauté et de la coiffure ont à nouveau vu leur activité évoluer suite aux annonces gouvernementales du 31 mars dernier. Les gérants de salons et d’instituts sont-ils satisfaits par les décisions d’ouverture ou de fermeture de leur établissement lors de ce 3ème confinement ? Ont-ils bénéficié des Chèques Numériques, subventions délivrées par les régions ? Le secteur est-il confiant quant à son avenir ? Kiute, le leader français de la réservation en ligne de prestations de beauté, publie les résultats de son enquête réalisée auprès de 523 gérants de salons de coiffure, instituts de beauté et spas. 


Salons de coiffure classés essentiels : une “bonne nouvelle” en demie teinte

Ouverts ou fermés ? Et s’ils avaient eu le choix ? Effectif depuis le 31 mars dernier, la troisième vague de confinement a tranché en faveur de la fermeture des commerces non essentiels, à l’exception des salons de coiffure. 

Dans l’étude menée par Kiute, alors qu’ils ont été contraints de fermer leurs portes pour la troisième fois, 80% des instituts de beauté interrogés déplorent cette décision. De leur côté, reconnus comme essentiels, 90% des gérants de salons de coiffure sondés déclarent subir une baisse de fréquentation depuis les dernières annonces gouvernementales. Pour près de 40% d’entre eux, il s’agit d’une baisse de  50 à 75% de la fréquentation habituelle. En conséquence, 2 tiers des salons de coiffure interrogés affirment qu’ils auraient préféré rester fermer. 

L’enquête met donc en exergue une insatisfaction globale dans le secteur et une dualité résolument marquée entre les professionnels de la beauté et ceux de la coiffure. 

« Si les salons de coiffure n’ont cette fois-ci pas souffert d’une troisième vague de fermeture, ils peinent toutefois à retrouver la voie de l’équilibre financier. Gageons que les prochaines semaines offrent au secteur une franche reprise. Les assouplissements gouvernementaux annoncés et les pics de fréquentation habituellement observés pendant les beaux jours laissent entrevoir de meilleurs jours pour nos artisans de la beauté et de la coiffure. », souligne Jean De La Porte, cofondateur de Kiute

picto cheque Covid-19: profitez des aides du gouvernement pour digitaliser votre salon.

BENEFICIER DE L’AIDE

Le chèque numérique : une aide encore (trop) peu utilisée par les gérants de salons pendant ce 3ème confinement

Selon l’étude, 1 tiers des gérants de salons du secteur de la coiffure et de l’esthétique ne connaissaient pas l’existence du chèque numérique de 500 euros proposé par l’État et encore moins les conditions de son obtention, malgré les efforts des fédérations et de la presse. 

Chèque numérique de 500€ : comment obtenir l’aide ?

Une minorité de professionnels a déjà engagé les démarches pour l’obtention du chèque numérique : 43% des instituts de beauté et 26% des salons de coiffure interrogés. Pour autant, environ 80% des gérants sondés par Kiute envisagent d’initier prochainement cette démarche. À noter : la majorité des professionnels de l’esthétique (50%) et de la coiffure (71%) à avoir effectué la démarche ont déjà reçu leurs aides. 

Le secteur a été principalement informé de la mise en place de ce dispositif via les réseaux sociaux (33%), la fédération des métiers (22%) et sur Internet (11%). 

infographie confinement 3 secteur coiffure beauté

Employes Kiute Jennifer Alexis

On fait un tour du logiciel ?

Trouvons ensemble la meilleure solution pour développer votre salon.

ÊTRE RAPPELLÉ(E)

Rédigé par
Leslie Bazelot

Leslie Bazelot

Tombée un peu par hasard dans l'univers de la mode et de la coiffure, c'est au coeur de la rédaction Biblond que j'apprends et découvre ce secteur fascinant. Après 6 ans à suivre les créations et actualités du monde de la coiffure, j'ai ensuite fait mes armes e tant que freelance pour accompagner des marques comme Jean-Claude Aubry ou Christophe Robin dans leur communication. J'ai également exploré les enjeux du BtoC et de l'e-commerce cette fois, en participant à la rédaction pour le blog Birchbox. Aujourd'hui ce qui m'anime ? Le partage de bonnes pratiques et astuces.